Une Connexion qui tient parfois du fantasme...


…Et je pèse mes mots !

 

Si le voyageur que tu es a eu la chance de passer au fin fonds d’un des pays que j’ai pu traverser, il me comprendra (oui, même en France, on parle là de vécu… ;).

 

Que tu aies séjourné en capitale, ait été basé « en brousse », que tu sois un  touriste qui une fois c’est un peu perdu, un aventurier d’une nuit ou de toute une vie,… tu as pu faire l’expérience de messages d’erreurs, ou autres qui reviennent bien trop souvent.

 

 

Avec ceux-ci, si tu fais le choix d’une vie « d’expatriation », et surtout à tes débuts (je reviendrais sur cette raison ailleurs) ou si tu es basé en brousse, tu vas faire connaissance... Un peu plus que la moyenne de tes amis, de ta famille tu vas les découvrir.

 

 

 

 

Parce que tu passeras beaucoup de temps sur ton ordinateur tout d’abord. Mais aussi parce que cette boite de métal et plastique sera ta principale connexion avec le monde extérieur. Avec le monde civilisé, enfin, celui que tu connaissais avant de faire le choix de voyager… Avec ta famille, tes amis, ceux qui te sont-chers et qui sont toujours trop loin.Tu auras beau regarder d’un regard doucereux ton collègue en charge de la Logistique, si tu en as un et qu’il a le malheur de partager ta Guest House (si il ne partage pas ta GH/ Oubli de le contacter, on est en dehors des heures de travail…) ou tenter de contacter un sombre service aux consommateurs en langues locales toujours, en anglais aussi régulièrement. Rien n’y fera.

 

 

 

Tu te résigneras certainement toi aussi à doter ton bagage standard d’un disque dur à la capacité surdimensionnée pour le commun de mortels. Ceux qui ont maintenant accès à l’ensemble de l’offre télévisée (et même de fournisseurs payants producteurs de tout de même très bonne choses….. Virunga est à voir absolument par exemple pour ne citer personne). Toi, au contraire, tu téléchargeras Utorent, et tu accumuleras sur ton disque dur Musique, Films, Documents des missions précédentes, sans oublier photos de tes différentes affectations.

 

 

 

Tout cela, tu auras le temps de le classer, plus ou moins correctement selon, dans tous les cas d’une manière que tu auras  choisie plus que subie, durant ces longues soirées sans Internet, ne t’en fais pas…

 

 

 

Dans mon cas, ne pas zoner devant la télé ou Internet est plus qu’un idéal de vie, le temps consacré derrière un écran est toujours trop long et hormis pour  ces quelques partages ou la nécessité de mon travail, vous ne me trouverez pas sur la toile. Je ne souhaites à personne de finir sa vie en ayant passé plus de temps devant un écran que dans son jardin.
 

 

Aussi, durant tes longues soirées, débutées à pester contre Digicel, MTN, Moov,... tu apprendras comme moi, d'abord par dépit peu être, par chance c'est sur, à connaître  un peu mieux les autres expatriés du pays. Mais pas seulement.

 

Qu’ils soient tes collègues ou qu’ils fassent parti des réseaux de tes premiers contacts dans ce pays, tes premières rencontres, tu ne les feras jamais véritablement par toi même. Et puis, peu à peu tu élargiras tes réseaux, et si tu as la chance d’être en poste suffisamment longtemps et que les règles sécu te le permettent  tu pourras même peut-être choisir tes amis, nouer des relations plus intenses et/ou partager plus avec de habitants du cru (politiquement correct de parler ici de certains Afghans ? – On dira que oui… Pour certains que j’ai rencontré, il le prendraient comme un honneur ;)

 

C’est un sacrée chance que de n’avoir qu’un accès limité à tout l’Univers de la toile. De ne pas avoir que des collègues sur-connectés. Ne pas avoir internet m’a fait devenir accros aux Colons de Catanes, passé des après-midi à jouer au Molky, entre quatre murs de barbelés. Ne pas avoir internet m’a permis aussi de ne pas recevoir mes mails professionnels le samedi, et de passer un weekend parfait quand une urgence se déroulait… (ça aurait pu…. )

 

On ne le vivra jamais assez, la déconnexion, ça a du bon !

 

Bien sûr Il m’est arrivé quelques fois, un peu tard le soir quand j’avais vraiment envie de regarder une vidéo, un article, de me perde de sourires en sourires ou bien que j’avais planifié un skype important avec un être cher, de véritablement perdre patience. De pester, de harceler le logisticien pour qu’une solution soit trouvée ! Lui dans ces cas-là me regardai en souriant ou débranchai son téléphone selon…

 

On nous a par la suite fournis des clés 3G pour connecter nos PC. Une connexion suffisante pour charger tes mails, pas plus. Facebook/Suparf.net… Tu oublis ! Le Smartphone Ultra connecté, la tablette dernier cris, tu oublis ! Ou alors tu te résignes à n’en utiliser que 20% des capacités. Sans la connexion Internet en fait….Mais pas grave, au contraire, un peu plus de temps pour se concentrer sur l’essentiel quand la connexion est là. Le reste on remet à plus tard.

 

Tout ça pour dire que, tu l’auras compris, partir, voyager, que ce soit pour une semaine ou un mois, un an ou une vie, sera toujours l’occasion de partager bien plus que de rester dans le confort et/ou les habitudes d’une vie plus ou moins rangée et très certainement plus connectée. Si tu le veux bien. Si tu accepte ce moindre sacrifice, c'est tout un nouveau monde que tu redécouvrira.
 

Faudrait-il vraiment réfréner cette petite voix qui monte doucement en toi, à chaque préparation d’un nouveau départ, pour si peu de dérangement ?Je ne le crois pas...
 

Ma seule certitude c’est qu’en faisant le choix de partir, j'ai fais et tu fais / as fait / vas faire le bon choix. Le choix de découvrir un peu plus les lieux et les gens qui peuplent notre univers… Le choix d’ouvrir ton être, tes papilles et tes sens à de nouvelles saveurs. Ne regrette Rien.

 

Bref, ce n’est qu’un aperçu d’une petite tranche de mon quotidien.

 

Si ça t'as fait sourire,

Enjoy & Share

 

Molky derrière les murs... - Kabul, 2015
Molky derrière les murs... - Kabul, 2015

Écrire commentaire

Commentaires : 0